Tous les articles par Serge Linkès

COLLOQUE 12 JUIN – 14 JUIN 2019 – LE RÉSEAU INTERNATIONAL SAVANT DE CONDORCET À LA LUMIÈRE DE SA CORRESPONDANCE

http://www.inventaire-condorcet.com/Actualites?ID=107

Colloque international organisé avec le parrainage de l’Institut de France et de l’Académie des sciences dans le cadre du Projet Inventaire analytique et matériel de la correspondance de Condorcet (2017-2019), soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche

Institut de France. Salle Hugot. 3, rue Mazarine. 75006 Paris

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Inscription obligatoire auprès d’Agnès Rico (agnes.rico@institut-de-france.fr)

Comité d’organisation : Françoise Bérard (Bibliothèque de l’Institut de France), Emmanuelle de Champs (Université de Cergy-Pontoise), Christian Gilain (Sorbonne Université) et Nicolas Rieucau (Université Paris viii).

PROGRAMME

Télécharger le programme complet en PDF

Mercredi 12 juin

Présidence : Emma Rothschild (Université de Cambridge)

14 h – 16 h 15 

– Allocutions d’ouverture : Françoise Bérard (Bibliothèque de l’Institut de France), Étienne Ghys (Académie des sciences) et Keith Baker (Université de Stanford)   

– Nicolas Rieucau (Université Paris viii) : Présentation du projet Inventaire Condorcet 

– Patrice Bret (Centre Alexandre Koyré) : Conférence d’introduction « L’Académie royale des sciences et l’étranger dans la seconde moitié du xviiie siècle »

16 h 45 – 18 h 15 

– Charlotta Wolff (Université d’Helsinki) : « Les enjeux mondains de la science : les correspondants suédois de Condorcet »

 – Éric Vanzieleghem (Équipe Inventaire Condorcet) : « Condorcet et l’Académie des sciences et belles-lettres de Bruxelles »  

Jeudi 13 juin

Matinée. Présidence : Dominique Varry (enssib, Lyon)

9 h 30 – 11 h :

– Annie Chassagne (Bibliothèque de l’Institut de France) : « Condorcet, de la Société royale à l’Académie des sciences de Turin »

– Luigi Pepe (Université de Ferrare) : « La réception de Condorcet dans le triangle Milan-Venise-Bologne »

11 h 30 – 12 h 15 :

– José Manuel Menudo (Université Pablo de Olavide, Séville) : « Condorcet et les savants espagnols : politique scientifique, science et prestige social »

Après-midi. Présidence : Andrew Brown (Centre international d’étude du xviiie siècle, Ferney-Voltaire)

14 h – 16 h 15 :

– Fabrice Ferlin (Université Lyon 1) : « Condorcet et les Recherches sur les aiguilles aimantées de van Swinden, un acteur hollandais de la science du magnétisme »

– Hugues Chabot (Université Lyon 1) : « Condorcet et les systèmes : une correspondance indirecte avec le savant genevois Georges-Louis Le Sage »

– Jean-Daniel Candaux (Bibliothèque de Genève) : « Les antennes genevoises de Condorcet »

16 h 45 – 17h 30 

– Christian Gilain (Sorbonne Université) : « La correspondance mathématique de Condorcet avec Lagrange à Berlin et avec Euler à Saint-Pétersbourg »

Vendredi 14 juin

Matinée. Présidence : Pierre Serna (Université Paris I)

9 h 30 – 11 h

– Emmanuelle de Champs (Université de Cergy-Pontoise) : « L’arithmétique politique à l’heure franco-anglaise : Priestley, Price et Stanhope correspondants de Condorcet »

– Peter Jones (Université de Birmingham) : « Collaborations et rivalités entre savants et institutions savantes en France et en Grande-Bretagne à la lumière de la correspondance scientifique de Condorcet (1777–1791) »

11 h 30 – 12 h 15 

– Manuela Albertone (Université de Turin) : « Méthode scientifique et modèle politique dans les relations américaines de Condorcet »

Après-midi. Présidence : Sergey Karp (Institut d’histoire universelle de l’Académie des sciences de Russie, Moscou)

14 h – 14 h 30 :

– Alice Peresan-Roudil (Bibliothèque de l’Institut de France) : « La correspondance de Condorcet au sein de la Bibliothèque numérique de la Bibliothèque de l’Institut de France »

14 h 30 – 17 h 00 :

– Table ronde : « Les correspondances savantes dans la seconde moitié du xviiie siècle et leurs éditions » avec la participation de Maria Teresa Borgato (Université de Ferrare), Patrice Bret (Centre Alexandre Koyré), Marie Dupond (cnrs-ens), Andreas Kleinert (Université de Halle) et Irène Passeron (Institut de Mathématiques de Jussieu-Paris Rive Gauche).

Journée d’étude / HiCSA, AFHEPP, INP Le filigrane, une marque à explorer 20 octobre 2018 Galerie Colbert, Salle Vasari

Organisateurs : HiCSA – Claude Laroque, AFHEPP – Denis Peaucelle, Josette Telford, Claire Bustarret, Louis André, INP – Valérie Lee

http://hicsa.univ-paris1.fr/page.php?r=3&id=952

Cette journée s’inscrit dans la voie des manifestations organisées annuellement à l’HiCSA depuis 2014 autour du papier en tant que support de la pensée et/ou matériau transformé.

L’année 2018 fête les dix ans de la création de l’Association Française pour l’Histoire et l’Etude du Papiers et des Papeteries (AFHEPP), branche nationale de l’International Association of Paper Historians (IPH). L’HiCSA, l’INP et l’AFHEPP célèbreront conjointement cet anniversaire par cette journée d’étude consacrée aux papiers européens et à l’élément qui les caractérisent, le filigrane.
Le filigrane papetier, dessin visible par transparence sur certains papiers est, au moment de son invention au XIIIe siècle, un élément caractéristique des premiers papiers italiens. Il constitue une sorte d’état civil du papier car il donne des indications sur le lieu et la date de sa fabrication. Le motif (animal, objet, etc.) ainsi que des lettres, initiales, patronymes ou toponymes composant la marque permettent d’identifier le fabricant du papier, voire de le localiser. Le filigrane, dont l’iconographie varie selon les régions de production, peut être également un moyen de situer le papier dans le temps.
Avec le développement du commerce du papier, le filigrane est soumis sous l’Ancien Régime à une réglementation qui accroît ses fonctions d’instrument de traçabilité des produits. Parmi ses nouvelles fonctions figure celle de sécuriser les documents monétaires ou fiduciaires.
Depuis son apparition à Fabriano dans le nord de l’Italie, les techniques d’élaboration du filigrane ont évolué : le filigrane clair initialement, puis au XIXe siècle, le filigrane noir, le filigrane ombré, le marquage à la molette puis au rouleau filigraneur. Ces divers procédés gagneront progressivement toutes les papeteries européennes puis occidentales.

Cet « éloge de la transparence » nous permettra d’aborder les différents enjeux associés à l’étude de ces marques, d’en montrer l’utilité (bases de données, ouvrages spécialisés) et les spécificités (études de cas exemplaires).
Durant cette journée nous explorerons également les méthodes et procédés de fabrication, aussi bien artisanaux (formaires) qu’industriels (fabricants de toiles métalliques).  
Les intervenants, spécialistes de ces différentes questions, nous permettront de découvrir ce sujet et d’affiner le regard que nous portons sur cet élément emblématique du papier et de la papeterie.

Programme


9h00 / Accueil du public

9h20 / Ouverture de la séance, Denis PEAUCELLE et Josette TELFORD, AFHEPP  ; Claude LAROQUE, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne ; Valérie LEE, Institut National du Patrimoine-Département des Restaurateurs
9h30 / Ilaria PASTROLIN, École nationale des chartes, Paris, France
Charles-Moïse Briquet, filigranologue et touriste. Escapade(s) à Lyon
Neil HARRIS, Université d’Udine, Italie
Charles-Moïse Briquet, filigranologue et touriste. La descente dans le Frioul
9h55 / Claudine LATRON, Plasticienne papetière et formaire, Mons-en-Barœul
Techniques artisanales de fabrication des filigranes
10h20 / Julie TYRLIK, Restauratrice du patrimoine, Paris, France
Étude des filigranes d’un incunable de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris : typologie, provenances et comparaisons
10h45 / Discussion

11h00 / Pause 

11h30 / Ariane de LA CHAPELLE, Musée du Louvre, Paris, France
Ce que nous révèlent trois siècles plus tard les différentes marques d’eau enfouies dans l’épair des feuilles des grands cartons de Charles Lebrun
11h55 / Aude ARGOUSE, Université du Chili, Santiago, Chili
Filigranes et logique des savoirs : la documentation notariale et son ordonnancement au prisme des marques du papier dans le Chili du XVIIe siècle
12h20 / Discussion

12h30 / Pause

14h30 / Morgane ROYO, Restauratrice du patrimoine, Paris, France 
Les filigranes occidentaux dans les manuscrits islamiques
14h55 / Claire BUSTARRET, Centre Maurice Halbwachs, CNRS, Paris, France
Mathieu DUBOC, Université de Tours/CNRS, Paris, France
La base de données MUSE et l’étude des filigranes en codicologie moderne et contemporaine
15h20 / Denis PEAUCELLE, AFHEPP, Angoulême, France
Étude des filigranes industriels d’après les dépôts de marques relevés à l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) entre 1857 et 1950
15h40 / Discussion

15h55 / Pause

16h20 / Louis ANDRÉ, Université Rennes 2, Rennes, France
« MICHALLET », un filigrane célèbre et méconnu
16h45 / Fabienne RUPPEN, Musée Städel, Francfort-sur-le-Main, Allemagne
Mapping Cézanne. Drawings and Watercolors on Paper from Emile Desloye
Connaître l’œuvre de Cézanne : dessins et aquarelles réalisés sur les papiers du fabricant Emile Desloye

17h00 / Discussion

18h00 / Remerciements et clôture de la séance 
Denis PEAUCELLE et Josette TELFORD, AFHEPP
Claude LAROQUE, Université Paris I Panthéon Sorbonne,
Valérie LEE, Institut National du Patrimoine-Département des Restaurateurs

Ici on parle de MUSE…

A propos des données matérielles : Les données matérielles au service de l’inventaire Condorcet (juin 2019)

Cultures of Knowledge : Monthly Archives: July 2018

Projet MUSE, base de données codicologique / MUSE project, codicological database

De MUSE en ARGOLIDE, ou la codicologie à l’ère du numérique Claire Bustarret et Serge Linkès paru dans Recherches & Travaux, 72 | 2008

Un nouvel instrument de travail pour l’analyse des manuscrits ; la base de données MUSE [article] sem-linkClaire Bustarret sem-linkSerge Linkès Genesis (Manuscrits-Recherche-Invention) Année 2003 21

École d’été 2018 de l’IMJ-PRG : Histoire des sciences mathématiques et approches numériques : matérialité des textes, réseaux, classifications

École d’été 2018 de l’IMJ-PRG

Du 2 au 6 juillet 2018
Paris, campus Jussieu (quartier latin)

Histoire des sciences mathématiques et approches numériques : matérialité des textes, réseaux, classifications

Comité Scientifique

Catherine Goldstein (CNRS, IMJ-PRG), Jean-Gabriel Ganascia (UPMC, LIP6), Alexandre Guilbaud (UPMC, IMJ-PRG), Irène Passeron (CNRS, IMJ-PRG), Richard Walter (CNRS, ITEM)

Comité d’organisation

Kahina Bencheikh (IMJ-PRG), Evariste Ciret (IMJ-PRG), Nadine Fournaiseau (IMJ-PRG), Catherine Goldstein (CNRS, IMJ-PRG), Alexandre Guilbaud (UPMC, IMJ-PRG), Emilie Jacquemot (IMJ-PRG), Irène Passeron (CNRS, IMJ-PRG)

Il reste encore quelques places !
Les inscriptions sont ouvertes
jusqu’au 15 mai 2018

Contact: school2018@imj-prg.fr

Le développement de l’Internet et du numérique modifie en partie les méthodes et pratiques de travail des chercheurs en histoire des mathématiques et, plus généralement, en histoire des sciences : cela se traduit à la fois par des modes d’accès différents (dématérialisés) aux documents originaux, par des modes d’éditions nouveaux, par des possibilités nouvelles de traitement des corpus, de recherches dans ces derniers et de réponses à d’anciennes questions, mais aussi par de nouvelles problématiques. Cette école vise à donner une présentation de ces possibilités, d’en évaluer les conséquences sur la méthodologie et les pratiques de la recherche, et d’en interroger les avantages et les limites pour ce qui est de leur capacité réelle à apporter de nouveaux résultats en histoire des sciences mathématiques. Il s’agit ainsi d’apporter le maximum d’informations aux participants sur ces questions et d’ouvrir une discussion de fond sur la façon dont elles se posent spécifiquement dans le domaine de l’histoire des sciences mathématiques, en y associant des historiens d’autres disciplines scientifiques, des ingénieurs et des informaticiens. L’école privilégiera trois axes principaux, en raison de leur importance dans les recherches actuelles :

  1. « Matérialité et numérique » : qu’est-ce qu’un document mathématique original à l’ère du numérique, comment y accéder, le représenter, le décrire, l’éditer, rendre compte de sa matérialité ?
  2. « Réseaux de textes » : qu’entend-on par réseaux de textes, que peuvent-ils représenter, dans quelle mesure sont-ils mobilisés, et comment l’accès à de nouvelles techniques numériques transforme-t-il leur usage ? Comment les construire, les visualiser et les interroger ?
  3. « Classifications » : quels types de classification sont à l’œuvre dans la structuration des corpus, quelles questions permettent-elles de poser (interrogation de la notion de discipline, d’auteur, de type de sources mathématiques, etc.), quels rapports entre indexation et classification, comment articuler les classifications et le problème de la variabilité historique des notions, des objets, des disciplines ?

Les intervenants incluent des spécialistes des humanités numériques et de l’histoire des sciences mathématiques utilisant des outils numériques. Des ateliers sont prévus pour permettre en particulier aux participants et participantes de tester les approches sur leurs propres corpus.

Cours, conférences et ateliers par :

 

  • David Aubin
  • Philip Beeley
  • Frédéric Brechenmacher
  • Milad Doueihi
  • Jean-Gabriel Ganascia
  • Catherine Goldstein
  • Alexandre Guilbaud
  • Emmylou Haffner
  • Charles van den Heuvel
  • François Lê
  • Miranda Lewis
  • Serge Linkès
  • Irène Passeron
  • Anne-Sandrine Paumier
  • Richard Walter

 

COLLOQUE 31 mai-2 juin 2018 – INVENTORIER LES CORRESPONDANCES DES LUMIÈRES : ANALYSE MATÉRIELLE ET TRAITEMENTS NUMÉRIQUES

Colloque international organisé dans le cadre du Projet « Condor » : Inventaire analytique et matériel de la correspondance de Condorcet (2017-2019), soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche

Campus Jourdan PSL-ENS, 48 Bd Jourdan Paris 75014, Bâtiment Oïkos, salle R2-01

Entrée libre dans la limite des places disponibles

http://musecodico.hypotheses.org/files/2018/04/Programme-Colloque-Inventorier-def-5.pdf

Comité d’organisation : Claire Bustarret (Centre Maurice Halbwachs, CNRS-EHESS-ENS), Emmanuelle de Champs (Université de Cergy-Pontoise),

Nicolas Rieucau (Université Paris 8).

 

Contact : Claire.Bustarret@ehess.fr

 

Jeudi 31 mai 2018 après-midi : 14 h-18 h

Nicolas Rieucau (Université Paris 8, Inventaire Condorcet) : Présentation du projet Inventaire Condorcet / ANR Condor

Conférence d’ouverture : Irène Passeron (Institut de Mathématiques de Jussieu-Paris Rive Gauche, ENCCRE) : Les Lumières en toutes lettres

1. MATERIALITE DES LETTRES : Codicologie & espaces graphiques

Modératrice : Catherine Volpilhac-Auger (ENS Lyon)

– Michèle Moulin (Bibliothèque de l’Institut de France, Inventaire Condorcet) : Les correspondances manuscrites du xviiie siècle à la Bibliothèque de l’Institut de France

– Sybille Große (Universität Heidelberg) : Des normes pour les propriétés matérielles d’une lettre et leur description dans les manuels épistolographiques

– Claire Bustarret (Centre M. Halbwachs, CNRS-EHESS-ENS, Inventaire Condorcet) : L’analyse matérielle des correspondances des Lumières – Pourquoi et comment recourir à la codicologie ?

– Serge Linkès (Université de La Rochelle, ITEM CNRS-ENS, Inventaire Condorcet) : MUSE, outil de référence en codicologie moderne et contemporaine

– Mathieu Duboc (Bibliothèques Virtuelles Humanistes, Université de Tours et Inventaire Condorcet) et Jean-Sébastien Macke (ITEM, CNRS-ENS) : Enjeux des protocoles d’analyse matérielle appliqués aux correspondances des xviiie, xixe et xxe siècles : de Condorcet à Flaubert, Zola et Proust

– Béatrice Delestre (Bibliothèque de l’Institut de France) : Jean Le Rond D’Alembert, Lettres au comte Joseph-Louis Lagrange, 1759-1783 (Bibl. Institut de France, Ms. 915) : Restauration, étude de cas

Vendredi 1er juin matin :

2. RESEAUX EPISTOLAIRES : personnes, lieux, circulations

Modérateur : Nicolas Verdier (CNRS-EHESS)

– Éric Vanzieleghem (Inventaire Condorcet) : Les marques postales comme source

– Chloé Edmondson (Stanford University, Mapping the Republic of letters) : Le réseau français des Lumières : analyse sociale des correspondants des philosophes

– Alexandra Ortolja Baird (British Museum, European University Institute) : Reconstructing “imagined” epistolary networks: citation and co-citation in eighteenth-century correspondence

– Mikkel Munthe Jensen (Universität Erfurt, Reassembling the Republic of Letters 1500-1800 ) : The people behind the letters. Combining prosopographical data and travel data to visualise the geo-academic space of eighteenth-century Nordic academia

Vendredi 1er juin après-midi :

3. INVENTAIRES EN LIGNE : modèles de traitement et de diffusion numérique 

Modérateur : Richard Walter (ITEM, CNRS-ENS)

– Alexandre Guilbaud (Sorbonne Université, Institut de Mathématiques de Jussieu-Paris Rive Gauche, ENCCRE) : Comment passer d’un inventaire à une édition numérique critique de la correspondance de D’Alembert ?

– Malcom Cook (Exeter University) : La Correspondance de Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814)

– Fabienne Vial (Université de Saint-Etienne) : L’Édition numérique de la correspondance de Marc Michel Rey, libraire du xviiie siècle

Marie Dupond (Usages des Patrimoines Numérisés et ITEM-CNRS-ENS, Projet EMan) : Éditorialisation et mise en données de correspondances

– Fabienne Schwizer (Bernoulli-Euler Zentrum, Universität Basel) : Bernoulli-Euler-Online: Re-imagining metadata as relational resources

– Nicolas Rieucau, Gérald Foliot et Éric Vanzieleghem : Présentation de la base Ribemont (projet ANR Condor / Inventaire Condorcet)

Samedi 2 juin matin : 10 h-12 h 30

4. NUMERISER LES CORRESPONDANCES… et après ? Pratiques émergentes

Modératrice : Emmanuelle de Champs (Agora, Université de Cergy-Pontoise)

– Philip Schofield (University College London) : From typewriters to neural networks: The Bentham Project and digital technology

– Josselin Morvan (Inventaire Condorcet) :  De la lettre à la correspondance, encoder des échanges épistolaires en TEI. Enjeux et méthodes

– Miranda Lewis (Early Modern Letters Online, Oxford University) : Early-Modern Letters Online – EMLO: (Re)collecting correspondence and (re)connecting networks

– Emmanuelle Chapron (Université d’Aix-Marseille) : Inventaires de correspondances et archives épistolaires : état des lieux et réflexions à partir de la correspondance de Jean-François Séguier

Conclusions : Emmanuelle de Champs

Bibliographie du projet MUSE

Références bibliographiques :

  • Bockelkamp M., 1982, Analytische Forschungen zu handschriften des 19. Am Beispiel der Heine-Handschriften der Bibliothèque nationale Paris, Hamburg, Hauswedell & Co.
  • Bockelkamp M., 1988, « L’analyse bétaradiographique du papier appliquée à l’étude des manuscrits de Diderot », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 254, p. 139-173.
  • Bustarret C., 1994, « L’histoire du papier appliquée à l’étude des manuscrits modernes : la base de données PROFIL», Actes du Colloque d’Annonay, Association internationale des Historiens du Papier, IPH Congress Book, 10, p. 39-43.
  • Bustarret C. et de La Passardière, B., 2002, « Profil, an iconographic database for modern watermarked papers », Computer and the Humanities, 36/2, p. 143-169.
  • Bustarret C. et Linkès S., 2003, « Un nouvel instrument de travail pour l’analyse des manuscrits : la base de données MUSE», Genesis, revue internationale de critique génétique, n° 21, p. 161-177. [En ligne], Mis en ligne le : 16 mars 2008. http ://www.item.ens.fr/index.php?id=223455
  • Bustarret, C., 2004, « Analyse codicologique », in Condorcet Tableau historique des progrès de l’esprit humain, Projets, Esquisse, Fragments et Notes, édité sous la direction de J.-P. Schaendeler et P. Crépel par le groupe Condorcet, Paris, Institut national d’études démographiques, p. 1201-1240.
  • Bustarret C. et Linkès S., 2008, « De MUSE en ARGOLIDE, ou la codicologie à l’ère du numérique », Recherches & Travaux [En ligne], 72, p. 119-136, mis en ligne le 15 décembre 2009. http ://recherchestravaux.revues.org/97
  • Bustarret C., 2009, « Approche codicologique du manuscrit moderne », in Critique génétique, Concepts, méthodes, outils, sous la dir. d’Olga Anokhina et Sabine Pétillon, coll. Inventaires, IMEC éditeur, p. 49-59.
  • Bustarret C., 2011, « Couper, coller dans les manuscrits de travail du xviiie au xxe siècle », in Lieux de Savoir, vol. 2 : Les mains l’intellect, Christian Jacob dir., Albin Michel, p. 353-375.
  • Bustarret C., 2012, « Usages des supports d’écriture au xviiie siècle : une esquisse codicologique », Genesis, revue internationale de critique génétique, 34, p. 37- 65. http://genesis.revues.org/908
  • Bustarret C., 2013, « Databases on modern and contemporary Papers : shared Reference Lists or Working Tools for Research ? », XXXIst International Paper History [IPH] Congress, 2012, IPH Congress Book / Livre des Congrès IPH, vol. 19, IPH Edition, p. 109-115.
  • Bustarret, C. et E. Vanzieleghem, 2016, « Inventaire Condorcet : méthodes érudites et gestion électronique », Bulletin du bibliophile, 2016/2, p. 330-355.
  • Hay L., 1978, « Le manuscrit : langage de l’objet », Bulletin de la Bibliothèque nationale, 2.
  • Linkès, S., 2017, « Du manuscrit moderne au brouillon numérique : un nouveau défi pour la critique génétique ? » in Génétique des textes et des formes : l’œuvre comme processus, Actes du Congrès international de Cerisy-la-Salle, CNRS-Éditions, Paris.
  • Linkès S., « Pour une approche génétique des brouillons de reportages et de romans : le cas Kessel », in Les ailleurs de l’Europe dans la presse et le reportage littéraire, Presses Universitaires de Rennes, 2016
  • Linkès S., « Les archives stendhaliennes, un chantier sans fin ? » in Un demi-siècle d’études stendhaliennes (1962-2012), L’Année Stendhalienne (sous la direction de Philippe Berthier), 2014.
  • Linkès S., Lamiel dans tous ses états, La lettre de la Pléiade, n° 5326 février 2014, Gallimard.
  • Linkès S. « Le manuscrit de Lamiel : la fin d’une énigme ? » in Le dernier Stendhal 1837 – 1842, Eurédit, Paris, 2000
  • Volpilhac-Auger C., 2001, L’Atelier de Montesquieu, Manuscrits inédits de La Brède, Cahiers Montesquieu 7, Liguori Editore, Napoli, Voltaire Foundation, Oxford, dont Bustarret, C. « Le manuscrit 2506 : inventaire des papiers », p. 284-305.

Projet MUSE, base de données codicologique / MUSE project, codicological database

Une réalisation de Claire Bustarret (CMH-CNRS EHESS ENS, PSL) et de Serge Linkès (ITEM-CNRS/ENS, PSL)

 

La base de données relationnelle MUSE (acronyme pour : « Manuscrits, Usages des Supports d’Ecriture ») est une application informatique originale, illustrée d’images numérisées (filigranes, timbres secs, manuscrits), qui permet d’effectuer une description matérielle systématique et détaillée de tout corpus manuscrit du xviiie au xxie siècle. Conçue en premier lieu pour l’identification des types de papier, cette application fonctionne aujourd’hui comme un véritable auxiliaire de recherche permettant d’accompagner les chercheur.e.s dans la description de leur objet d’étude. Elle facilite l’élaboration et la validation d’hypothèses de travail sur les avant-textes et les archives papier (classement, datation…), mais aussi plus largement l’étude des usages et des pratiques de l’écrit à l’ère moderne et contemporaine.

The relational database MUSE (acronym for: “Manuscrits, Usages des Supports d’Ecriture”  – “Manuscripts, Uses of Writing Materials”) is an original application, illustrated with digitized images (watermarks, dry stamps, manuscripts), which allows a systematic and detailed material description to be made of any manuscript corpus of the eighteenth to the twenty-first century. Designed primarily for the identification of paper types, this application today functions as a real research auxiliary to support researchers in the description of their object of study. It facilitates the development and validation of working hypotheses on literary drafts and paper archives (classification, dating …), but also more widely the study of the uses and practices of writing in the modern era and contemporary.

 

Conçu par Claire Bustarret[1] et Serge Linkès[2], cet outil de recherche pour l’analyse codicologique des manuscrits modernes et contemporains, unique à l’échelle internationale, complète les ressources existantes (répertoires de filigranes), car il mobilise un ensemble de critères décrivant dans son intégralité la feuille utilisée comme support d’écriture, dont le filigrane ne constitue qu’un élément, parfois absent (Bustarret, Linkès, 2004). La base MUSE permet non seulement d’identifier, sans recourir à une expertise optique ou chimique, les différents types de papier utilisés, mais de rendre compte des modalités d’utilisation (Bustarret, 2011, 2012), telles que pliage, assemblage, découpage, collage, disposition de l’espace graphique, répartition des mains et des instruments d’écriture.

 

Historique

La première version de la base de données MUSE a été conçue dans le cadre du programme du CNRS « Archives de la création » (2000) comme un nouvel instrument de recherche en codicologie et en génétique des textes (Bustarret, 2009). La codicologie, discipline érudite traditionnellement consacrée à la description matérielle des manuscrits médiévaux, a connu au cours des années 1970-1990, sous l’égide de Louis Hay et de Marianne Bockelkamp, un développement inédit au sein de l’Institut des textes et manuscrits (ITEM, CNRS-ENS, PSL), qui a nécessité la mise au point d’une méthodologie spécifique à l’analyse des documents de l’ère moderne et contemporaine (Bockelkamp, 1982, 1988, Hay, 1978). De 1990 à 1999, Claire Bustarret a été chargée de concevoir une base de données facilitant l’inventaire des données matérielles d’un corpus, préalable nécessaire au classement des brouillons et des archives dans la perspective d’établir le « dossier génétique » d’une œuvre littéraire. Cette base intitulée « Profil » (Bustarret, 1994, Bustarret et de la Passardière, 2002), illustrée de plusieurs dizaines de reproductions bétaradiographiques[3] numérisées, a permis de classer les quelque 300 types de papier jusqu’alors inventoriés par l’ITEM.

 

A partir de 2000, date des débuts de notre collaboration, nous avons élaboré une première version de la base MUSE, principalement axée sur l’identification des types de papier filigrané ou non filigrané, de fabrication manuelle ou industrielle, principalement de fabrication française. Comportant notamment des indices quant à leur date de fabrication et leur provenance régionale, MUSE répertorie ainsi 1250 types de papier différents qui sont attestés, parmi les archives manuscrites que nous avons dépouillées, dans plus de 5000 séquences de feuillets du même type (séquences d’1 à plus de 500 feuillets). Signalons qu’aucun outil en ligne n’existe par ailleurs pour identifier les papiers occidentaux de la période moderne et contemporaine[4].

MUSE permet également de recouper ces données avec le descriptif de la composition des registres, volumes ou cahiers (reliés) ainsi que des liasses ou feuillets volants (non reliés), avec l’analyse de la répartition des scripteurs et des instruments d’écriture et de leurs usages, de façon à faciliter un repérage des campagnes de rédaction et des phases d’élaboration.

Les caractéristiques fonctionnelles de cette base en font donc d’ores et déjà un auxiliaire de recherche autonome qui permet d’élaborer, grâce aux requêtes multicritères, des hypothèses rigoureuses, étayées par un relevé exhaustif des occurrences, concernant les différents types de papier employés au sein d’un corpus d’œuvre (Bustarret, Linkès, 2008).

Le traitement de plusieurs corpus étudiés hors-ligne depuis 2000 (notamment de manuscrits de Montesquieu, Rousseau, Condorcet, Stendhal et Duchamp, soit plusieurs dizaines de milliers de feuillets) a montré l’efficacité de la base MUSE quant à la datation, au classement et, par voie de conséquence, à l’interprétation des dossiers génétiques les plus divers et les plus complexes (voir Bibliographie). Cependant ces enquêtes systématiques nous ont permis d’évaluer les perfectionnements et adaptations nécessaires pour que MUSE en ligne permette à la codicologie appliquée aux écrits sur papier modernes et contemporains de contribuer à une véritable avancée méthodologique et heuristique dans le domaine des humanités numériques.

 

Développement et perspectives

Nous avons donc travaillé récemment (grâce au financement de l’ANR Condor 2017[5]) à une refonte complète de l’application, afin d’en améliorer les performances en tenant compte de nouvelles perspectives et pratiques de recherche. En effet, au-delà du domaine littéraire initialement traité, l’actualité requiert une meilleure adaptation de l’outil pour répondre à l’intérêt croissant des chercheur.e.s en sciences humaines envers l’archive sous toutes ses formes et afin de participer au développement des humanités numériques. Il s’agit notamment de s’adapter à différents types de corpus (comme la correspondance, qui comporte d’importantes spécificités matérielles) et d’intégrer de nouvelles données, telle que la transcription des textes ou avant-textes concernés, en vue de contribuer aux inventaires ou éditions numériques.

Le remaniement en cours vise principalement à rendre MUSE disponible en ligne en tant qu’outil heuristique multi-corpus, conservant sa forme initiale de base de données relationnelle – afin d’en préserver la souplesse d’utilisation et les performances – mais hébergé désormais sur un serveur (TGIR-Huma-Num) et accessible en réseau à travers une interface FileMaker-Pro (fournie par l’hébergeur) bénéficiant d’une connexion sécurisée afin de conserver l’intégrité des données et d’en protéger le contenu. Contrairement à l’outil heuristique « hors ligne » antérieur, la version en ligne permettra à plusieurs intervenants, d’ici début 2018, d’effectuer des relevés dans différentes institutions de conservation par le biais de connexions distantes simultanées. Diverses campagnes de saisies de données sont requises à ce stade, ainsi qu’une importante campagne de numérisation des filigranes et des timbres secs puisqu’à ce jour 70% des filigranes ne sont pas reproduits dans la base, faute de financement spécifique[6].

Cette transformation de l’outil permettra de généraliser l’usage de MUSE au sein des équipes de recherche travaillant sur des archives papier, moyennant une formation concernant l’analyse codicologique et l’utilisation de l’outil lui-même.

Faire de MUSE une base partagée en ligne permettra à tou.te.s les chercheur.e.s travaillant sur des archives manuscrites dans le cadre des humanités numériques d’exploiter les résultats de l’analyse matérielle à travers leurs propres interfaces (principalement des éditions et répertoires élaborés sur les bases du XML et du TEI)[7]. L’application à la correspondance de Condorcet, en corrélation avec la base de données Ribemont, instrument principal de l’Inventaire Condorcet, constitue une première expérimentation à grande échelle (Bustarret, Vanzieleghem 2016).

 

MUSE On Line, un site web de référence en codicologie moderne et contemporaine

 

En complément de cet outil de recherche partagé, le projet MUSE On Line[8] consiste à élaborer un site web destiné à exposer les résultats d’ores et déjà obtenus en matière d’identification de papiers filigranés modernes et contemporains, afin de les partager avec les chercheur.e.s de tous horizons, puisque l’intérêt pour l’archive et son traitement numérique, comme c’est le cas pour l’utilisation des papiers et des instruments d’écriture, dépasse largement nos frontières. En effet, nous recevons de nombreuses demandes de spécialistes de différents pays s’interrogeant sur l’identité de papiers d’origine française dans les corpus qu’ils/elles étudient. Le site web MUSE On Line devra répondre à ces demandes croissantes et se constituer en tant qu’outil de référence capable notamment de pallier l’absence de répertoires de filigranes pour la période des XIXe et XXe siècles. Nous espérons que la consultation de ce site incitera des chercheur.e.s à devenir contributeurs de la base et usagers de l’outil de recherche codicologique, augmentant ainsi la masse des données communicables sur le site, ce qui ne fera que rendre ce dernier plus efficace.

La mise en ligne de ce site de référence permettra aux utilisateurs de reconnaître et d’identifier des papiers filigranés, à travers une interface d’interrogation proposant plusieurs entrées (dates d’utilisation, auteur, copiste, type de document, institution de conservation, filigrane, papetier, …) et facilitera la comparaison d’images de filigranes, la génération de listes d’occurrences pour chaque corpus, selon les besoins des chercheur.e.s.

 

Dans le contexte général d’une vaste entreprise de numérisation des corpus patrimoniaux, le projet MUSE (associant l’outil de recherche codicologique et le site de référence pour les papiers filigranés) entend ainsi préserver, valoriser et exploiter les données matérielles caractérisant tout objet écrit, que l’image numérique élimine puisqu’elle reproduit uniquement l’aspect visuel de la surface écrite, tandis que le support matériel original, objet d’étude spécifique de la codicologie, tend à devenir inaccessible. Ainsi, à l’heure où l’archive papier est soumise à un transfert systématique sur le support numérique, il est plus que jamais crucial d’associer l’analyse codicologique aux inventaires et éditions numériques de manuscrits et de correspondances de l’ère moderne et contemporaine.

 

Vous pouvez obtenir un accès « invité » à la base de données MUSE sur simple demande à l’adresse suivante : musecodico@gmail.com. Cet accès en lecture seule vous permettra d’explorer l’outil afin d’en tester les possibilités d’analyse et l’adéquation à votre corpus.

 

Cette page est consultable sur https://musecodico.hypotheses.org, http://www.item.ens.fr/supports-et-traces/ et http://alpha.inventaire-condorcet.com.

[1] IR CNRS, CMH-CNRS EHESS ENS, PSL, membre associé de l’ITEM-CNRS/ENS.

[2] Université de La Rochelle, membre de l’ITEM-CNRS/ENS, membre associé au CMH-CNRS/EHESS/ENS, PSL.

[3] La bétaradiographie est une technique de reproduction du papier par rayons Bêta, permettant de visualiser la structure et le filigrane en éliminant les traces écrites.

[4] Les bases de données existantes se concentrent exclusivement sur les filigranes, et en règle générale sur un corpus monographique en cours d’édition, à l’exception des sites mettant en ligne d’anciens répertoires de filigranes, tel le portail Bernstein-Memory of Paper.

[5] Projet “Condor : Inventaire analytique et matériel de la correspondance de Condorcet” (2017-2020).

[6] MUSE ne contient actuellement qu’environ 400 reproductions de filigranes – marques et contremarques – sur environ 2500 images requises correspondant aux 1200 types de papier filigranés identifiés.

[7] Ce projet a fait l’objet en 2017 d’une demande de financement spécifique auprès de L’IRIS SDDS (Science des Données et Données de la Science).

[8] Ce projet a fait l’objet en 2017 d’une demande de financement auprès de l’IRIS “Scripta-PSL. Histoire et pratiques de l’écrit ».

MUSE – Manuscrits, usages des supports d’écriture

Ce carnet de recherche sera consacré à la base de données relationnelle MUSE (acronyme pour : « Manuscrits, Usages des Supports d’Ecriture »). MUSE est une application informatique originale hébergée sur le serveur de la TGIR Huma-num, illustrée d’images numérisées (filigranes, timbres secs, manuscrits), qui permet d’effectuer une description matérielle systématique et détaillée de tout corpus manuscrit du XVIIIe au XXIe siècle. Conçue en premier lieu pour l’identification des types de papier, cette application fonctionne aujourd’hui comme un véritable auxiliaire de recherche permettant d’accompagner les chercheur.e.s dans la description de tout écrit sur support papier. Elle facilite l’élaboration et la validation d’hypothèses de travail sur les avant-textes et les archives papier (classement, datation…), mais aussi plus largement l’étude des usages et des pratiques de l’écrit à l’ère moderne et contemporaine. Ce carnet sera consacré à la présentation de MUSE et de la discipline associée à travers le partage d’expériences et de résultats de recherches. Il présentera aussi les démarches et la méthodologie de cette discipline en s’appuyant sur l’usage de l’auxiliaire de recherche. Il s’agit aussi de faire connaître MUSE auprès des institutions et des chercheur.e.s (notons que MUSE sera bientôt traduit en anglais) travaillant sur les manuscrits littéraires et les archives en général et de montrer l’intérêt d’intégrer les données de la codicologie moderne et contemporaine à l’analyse des corpus.