Archives de catégorie : Colloques et journées d’étude liés au projet MUSE

Journée d’étude / HiCSA, AFHEPP, INP Le filigrane, une marque à explorer 20 octobre 2018 Galerie Colbert, Salle Vasari

Organisateurs : HiCSA – Claude Laroque, AFHEPP – Denis Peaucelle, Josette Telford, Claire Bustarret, Louis André, INP – Valérie Lee

http://hicsa.univ-paris1.fr/page.php?r=3&id=952

Cette journée s’inscrit dans la voie des manifestations organisées annuellement à l’HiCSA depuis 2014 autour du papier en tant que support de la pensée et/ou matériau transformé.

L’année 2018 fête les dix ans de la création de l’Association Française pour l’Histoire et l’Etude du Papiers et des Papeteries (AFHEPP), branche nationale de l’International Association of Paper Historians (IPH). L’HiCSA, l’INP et l’AFHEPP célèbreront conjointement cet anniversaire par cette journée d’étude consacrée aux papiers européens et à l’élément qui les caractérisent, le filigrane.
Le filigrane papetier, dessin visible par transparence sur certains papiers est, au moment de son invention au XIIIe siècle, un élément caractéristique des premiers papiers italiens. Il constitue une sorte d’état civil du papier car il donne des indications sur le lieu et la date de sa fabrication. Le motif (animal, objet, etc.) ainsi que des lettres, initiales, patronymes ou toponymes composant la marque permettent d’identifier le fabricant du papier, voire de le localiser. Le filigrane, dont l’iconographie varie selon les régions de production, peut être également un moyen de situer le papier dans le temps.
Avec le développement du commerce du papier, le filigrane est soumis sous l’Ancien Régime à une réglementation qui accroît ses fonctions d’instrument de traçabilité des produits. Parmi ses nouvelles fonctions figure celle de sécuriser les documents monétaires ou fiduciaires.
Depuis son apparition à Fabriano dans le nord de l’Italie, les techniques d’élaboration du filigrane ont évolué : le filigrane clair initialement, puis au XIXe siècle, le filigrane noir, le filigrane ombré, le marquage à la molette puis au rouleau filigraneur. Ces divers procédés gagneront progressivement toutes les papeteries européennes puis occidentales.

Cet « éloge de la transparence » nous permettra d’aborder les différents enjeux associés à l’étude de ces marques, d’en montrer l’utilité (bases de données, ouvrages spécialisés) et les spécificités (études de cas exemplaires).
Durant cette journée nous explorerons également les méthodes et procédés de fabrication, aussi bien artisanaux (formaires) qu’industriels (fabricants de toiles métalliques).  
Les intervenants, spécialistes de ces différentes questions, nous permettront de découvrir ce sujet et d’affiner le regard que nous portons sur cet élément emblématique du papier et de la papeterie.

Programme


9h00 / Accueil du public

9h20 / Ouverture de la séance, Denis PEAUCELLE et Josette TELFORD, AFHEPP  ; Claude LAROQUE, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne ; Valérie LEE, Institut National du Patrimoine-Département des Restaurateurs
9h30 / Ilaria PASTROLIN, École nationale des chartes, Paris, France
Charles-Moïse Briquet, filigranologue et touriste. Escapade(s) à Lyon
Neil HARRIS, Université d’Udine, Italie
Charles-Moïse Briquet, filigranologue et touriste. La descente dans le Frioul
9h55 / Claudine LATRON, Plasticienne papetière et formaire, Mons-en-Barœul
Techniques artisanales de fabrication des filigranes
10h20 / Julie TYRLIK, Restauratrice du patrimoine, Paris, France
Étude des filigranes d’un incunable de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris : typologie, provenances et comparaisons
10h45 / Discussion

11h00 / Pause 

11h30 / Ariane de LA CHAPELLE, Musée du Louvre, Paris, France
Ce que nous révèlent trois siècles plus tard les différentes marques d’eau enfouies dans l’épair des feuilles des grands cartons de Charles Lebrun
11h55 / Aude ARGOUSE, Université du Chili, Santiago, Chili
Filigranes et logique des savoirs : la documentation notariale et son ordonnancement au prisme des marques du papier dans le Chili du XVIIe siècle
12h20 / Discussion

12h30 / Pause

14h30 / Morgane ROYO, Restauratrice du patrimoine, Paris, France 
Les filigranes occidentaux dans les manuscrits islamiques
14h55 / Claire BUSTARRET, Centre Maurice Halbwachs, CNRS, Paris, France
Mathieu DUBOC, Université de Tours/CNRS, Paris, France
La base de données MUSE et l’étude des filigranes en codicologie moderne et contemporaine
15h20 / Denis PEAUCELLE, AFHEPP, Angoulême, France
Étude des filigranes industriels d’après les dépôts de marques relevés à l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) entre 1857 et 1950
15h40 / Discussion

15h55 / Pause

16h20 / Louis ANDRÉ, Université Rennes 2, Rennes, France
« MICHALLET », un filigrane célèbre et méconnu
16h45 / Fabienne RUPPEN, Musée Städel, Francfort-sur-le-Main, Allemagne
Mapping Cézanne. Drawings and Watercolors on Paper from Emile Desloye
Connaître l’œuvre de Cézanne : dessins et aquarelles réalisés sur les papiers du fabricant Emile Desloye

17h00 / Discussion

18h00 / Remerciements et clôture de la séance 
Denis PEAUCELLE et Josette TELFORD, AFHEPP
Claude LAROQUE, Université Paris I Panthéon Sorbonne,
Valérie LEE, Institut National du Patrimoine-Département des Restaurateurs

École d’été 2018 de l’IMJ-PRG : Histoire des sciences mathématiques et approches numériques : matérialité des textes, réseaux, classifications

École d’été 2018 de l’IMJ-PRG

Du 2 au 6 juillet 2018
Paris, campus Jussieu (quartier latin)

Histoire des sciences mathématiques et approches numériques : matérialité des textes, réseaux, classifications

Comité Scientifique

Catherine Goldstein (CNRS, IMJ-PRG), Jean-Gabriel Ganascia (UPMC, LIP6), Alexandre Guilbaud (UPMC, IMJ-PRG), Irène Passeron (CNRS, IMJ-PRG), Richard Walter (CNRS, ITEM)

Comité d’organisation

Kahina Bencheikh (IMJ-PRG), Evariste Ciret (IMJ-PRG), Nadine Fournaiseau (IMJ-PRG), Catherine Goldstein (CNRS, IMJ-PRG), Alexandre Guilbaud (UPMC, IMJ-PRG), Emilie Jacquemot (IMJ-PRG), Irène Passeron (CNRS, IMJ-PRG)

Il reste encore quelques places !
Les inscriptions sont ouvertes
jusqu’au 15 mai 2018

Contact: school2018@imj-prg.fr

Le développement de l’Internet et du numérique modifie en partie les méthodes et pratiques de travail des chercheurs en histoire des mathématiques et, plus généralement, en histoire des sciences : cela se traduit à la fois par des modes d’accès différents (dématérialisés) aux documents originaux, par des modes d’éditions nouveaux, par des possibilités nouvelles de traitement des corpus, de recherches dans ces derniers et de réponses à d’anciennes questions, mais aussi par de nouvelles problématiques. Cette école vise à donner une présentation de ces possibilités, d’en évaluer les conséquences sur la méthodologie et les pratiques de la recherche, et d’en interroger les avantages et les limites pour ce qui est de leur capacité réelle à apporter de nouveaux résultats en histoire des sciences mathématiques. Il s’agit ainsi d’apporter le maximum d’informations aux participants sur ces questions et d’ouvrir une discussion de fond sur la façon dont elles se posent spécifiquement dans le domaine de l’histoire des sciences mathématiques, en y associant des historiens d’autres disciplines scientifiques, des ingénieurs et des informaticiens. L’école privilégiera trois axes principaux, en raison de leur importance dans les recherches actuelles :

  1. « Matérialité et numérique » : qu’est-ce qu’un document mathématique original à l’ère du numérique, comment y accéder, le représenter, le décrire, l’éditer, rendre compte de sa matérialité ?
  2. « Réseaux de textes » : qu’entend-on par réseaux de textes, que peuvent-ils représenter, dans quelle mesure sont-ils mobilisés, et comment l’accès à de nouvelles techniques numériques transforme-t-il leur usage ? Comment les construire, les visualiser et les interroger ?
  3. « Classifications » : quels types de classification sont à l’œuvre dans la structuration des corpus, quelles questions permettent-elles de poser (interrogation de la notion de discipline, d’auteur, de type de sources mathématiques, etc.), quels rapports entre indexation et classification, comment articuler les classifications et le problème de la variabilité historique des notions, des objets, des disciplines ?

Les intervenants incluent des spécialistes des humanités numériques et de l’histoire des sciences mathématiques utilisant des outils numériques. Des ateliers sont prévus pour permettre en particulier aux participants et participantes de tester les approches sur leurs propres corpus.

Cours, conférences et ateliers par :

 

  • David Aubin
  • Philip Beeley
  • Frédéric Brechenmacher
  • Milad Doueihi
  • Jean-Gabriel Ganascia
  • Catherine Goldstein
  • Alexandre Guilbaud
  • Emmylou Haffner
  • Charles van den Heuvel
  • François Lê
  • Miranda Lewis
  • Serge Linkès
  • Irène Passeron
  • Anne-Sandrine Paumier
  • Richard Walter

 

COLLOQUE 31 mai-2 juin 2018 – INVENTORIER LES CORRESPONDANCES DES LUMIÈRES : ANALYSE MATÉRIELLE ET TRAITEMENTS NUMÉRIQUES

Colloque international organisé dans le cadre du Projet « Condor » : Inventaire analytique et matériel de la correspondance de Condorcet (2017-2019), soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche

Campus Jourdan PSL-ENS, 48 Bd Jourdan Paris 75014, Bâtiment Oïkos, salle R2-01

Entrée libre dans la limite des places disponibles

http://musecodico.hypotheses.org/files/2018/04/Programme-Colloque-Inventorier-def-5.pdf

Comité d’organisation : Claire Bustarret (Centre Maurice Halbwachs, CNRS-EHESS-ENS), Emmanuelle de Champs (Université de Cergy-Pontoise),

Nicolas Rieucau (Université Paris 8).

 

Contact : Claire.Bustarret@ehess.fr

 

Jeudi 31 mai 2018 après-midi : 14 h-18 h

Nicolas Rieucau (Université Paris 8, Inventaire Condorcet) : Présentation du projet Inventaire Condorcet / ANR Condor

Conférence d’ouverture : Irène Passeron (Institut de Mathématiques de Jussieu-Paris Rive Gauche, ENCCRE) : Les Lumières en toutes lettres

1. MATERIALITE DES LETTRES : Codicologie & espaces graphiques

Modératrice : Catherine Volpilhac-Auger (ENS Lyon)

– Michèle Moulin (Bibliothèque de l’Institut de France, Inventaire Condorcet) : Les correspondances manuscrites du xviiie siècle à la Bibliothèque de l’Institut de France

– Sybille Große (Universität Heidelberg) : Des normes pour les propriétés matérielles d’une lettre et leur description dans les manuels épistolographiques

– Claire Bustarret (Centre M. Halbwachs, CNRS-EHESS-ENS, Inventaire Condorcet) : L’analyse matérielle des correspondances des Lumières – Pourquoi et comment recourir à la codicologie ?

– Serge Linkès (Université de La Rochelle, ITEM CNRS-ENS, Inventaire Condorcet) : MUSE, outil de référence en codicologie moderne et contemporaine

– Mathieu Duboc (Bibliothèques Virtuelles Humanistes, Université de Tours et Inventaire Condorcet) et Jean-Sébastien Macke (ITEM, CNRS-ENS) : Enjeux des protocoles d’analyse matérielle appliqués aux correspondances des xviiie, xixe et xxe siècles : de Condorcet à Flaubert, Zola et Proust

– Béatrice Delestre (Bibliothèque de l’Institut de France) : Jean Le Rond D’Alembert, Lettres au comte Joseph-Louis Lagrange, 1759-1783 (Bibl. Institut de France, Ms. 915) : Restauration, étude de cas

Vendredi 1er juin matin :

2. RESEAUX EPISTOLAIRES : personnes, lieux, circulations

Modérateur : Nicolas Verdier (CNRS-EHESS)

– Éric Vanzieleghem (Inventaire Condorcet) : Les marques postales comme source

– Chloé Edmondson (Stanford University, Mapping the Republic of letters) : Le réseau français des Lumières : analyse sociale des correspondants des philosophes

– Alexandra Ortolja Baird (British Museum, European University Institute) : Reconstructing “imagined” epistolary networks: citation and co-citation in eighteenth-century correspondence

– Mikkel Munthe Jensen (Universität Erfurt, Reassembling the Republic of Letters 1500-1800 ) : The people behind the letters. Combining prosopographical data and travel data to visualise the geo-academic space of eighteenth-century Nordic academia

Vendredi 1er juin après-midi :

3. INVENTAIRES EN LIGNE : modèles de traitement et de diffusion numérique 

Modérateur : Richard Walter (ITEM, CNRS-ENS)

– Alexandre Guilbaud (Sorbonne Université, Institut de Mathématiques de Jussieu-Paris Rive Gauche, ENCCRE) : Comment passer d’un inventaire à une édition numérique critique de la correspondance de D’Alembert ?

– Malcom Cook (Exeter University) : La Correspondance de Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814)

– Fabienne Vial (Université de Saint-Etienne) : L’Édition numérique de la correspondance de Marc Michel Rey, libraire du xviiie siècle

Marie Dupond (Usages des Patrimoines Numérisés et ITEM-CNRS-ENS, Projet EMan) : Éditorialisation et mise en données de correspondances

– Fabienne Schwizer (Bernoulli-Euler Zentrum, Universität Basel) : Bernoulli-Euler-Online: Re-imagining metadata as relational resources

– Nicolas Rieucau, Gérald Foliot et Éric Vanzieleghem : Présentation de la base Ribemont (projet ANR Condor / Inventaire Condorcet)

Samedi 2 juin matin : 10 h-12 h 30

4. NUMERISER LES CORRESPONDANCES… et après ? Pratiques émergentes

Modératrice : Emmanuelle de Champs (Agora, Université de Cergy-Pontoise)

– Philip Schofield (University College London) : From typewriters to neural networks: The Bentham Project and digital technology

– Josselin Morvan (Inventaire Condorcet) :  De la lettre à la correspondance, encoder des échanges épistolaires en TEI. Enjeux et méthodes

– Miranda Lewis (Early Modern Letters Online, Oxford University) : Early-Modern Letters Online – EMLO: (Re)collecting correspondence and (re)connecting networks

– Emmanuelle Chapron (Université d’Aix-Marseille) : Inventaires de correspondances et archives épistolaires : état des lieux et réflexions à partir de la correspondance de Jean-François Séguier

Conclusions : Emmanuelle de Champs